hopwork, le blog

RSS

Le freelance est l’avenir de l’Homme

Deux articles coup sur coup qui parlent de la fin du CDI et de l’avènement du travail en freelance. L’un en français publié il y a 2 jours dans Les Echos, l’autre en anglais publié il y a quelques heures sur CNBC. Deux articles qui sont likés, retweetés, linkedinés… mais qui finalement ne touchent encore que très peu le grand public.

Le premier est intitulé “Le CDI ne fait plus le bonheur" et est écrit par Dennis Pennel, directeur général du Ciett (on découvre, visiblement une organisation réunissant les grands du travail temporaire) et auteur d’un ouvrage paru en septembre dernier “Travailler pour Soi : Quel avenir pour le travail à l’heure de la révolution individualiste ?”. L’article revient sur le mythe que le CDI est la panacée en terme d’emploi. D’abord, les CDI sont de plus en plus courts, la différence avec le travail en freelance s’atténuant donc de plus en plus. D’autre part, Denis Pennel décrit le CDI comme une “servitude volontaire” qui à l’heure du management collaboratif et de la responsabilisation des employés semblent ne plus correspondre aux besoins des entreprises et des employés.

Le deuxième article interpelle le président américain : “Obama, Is the job of the future a freelance one ?”. Là aussi, l’auteur décrit la fin du CDI, ou du moins le déclin de création de nouveaux CDIs dans l’économie actuelle, qui pourrait être vu comme un problème, mais est plutôt le reflet d’une révolution sur le marché du travail. Déjà 1 Américain sur 3, soit 42 millions, travaillent en freelance ! L’auteur décrit aussi, comment le fait de devenir freelance n’est pas vécu comme une fatalité, mais comme un choix, permettant de travailler de chez soi (ou du moins de où on veut), et de gagner en qualité de vie.

image

Ces deux articles, pourtant issus d’auteurs et de pays différents, décrivent parfaitement ce que nous pensons chez Hopwork. Le monde du travail est en train de vivre une révolution (et le plus étonnant est que, pour l’instant, le grand public, les entreprises, les états ne voient que la partie émergée de l’iceberg). Ce n’est plus de la prospective, mais une réalité. On le voit en regardant les chiffres américains, ils seront même 40% d’américains à travailler en freelance en 2020. En France, le succès du statut auto-entrepreneur a permis à tant de personnes de se lancer. On le voit aussi lorsque on visite dans toute la France les espaces de coworking, véritables ruches pour freelances en développements. On critique les gouvernements américains, européens de ne plus “créer” suffisamment de CDI, mais nous sommes plus en train de vivre une révolution structurelle qu’une crise conjoncturelle. Nous vivons une tendance inéluctable et ceux qui ont déjà pris le pas du freelancing, se sont adaptés à cette évolution, se préparent aujourd’hui au monde de demain. En plus, si le CDI ne fait plus le bonheur, on pourrait dire que le freelancing rend heureux ! on le voit à la rencontre de notre communauté lors des événements Hopwork.

Bien sûr, les deux auteurs appellent à des nécessaires adaptations des pouvoirs publics et des institutions. Les systèmes de protection sociale, les prêts bancaires, par exemple ont été pensé pour un système 100% CDI. Ce système n’est plus la norme, il faudra donc réformer.

Les auteurs de ces articles appellent aussi à ce qu’ils y aient des intermédiaires, des places de marché, pour se faire rencontrer offre et demande, freelances et entreprises. Il est évident que le travail devenant plus court, fonctionnant par mission plutôt que emploi, des plateformes intermédiaires doivent faciliter la vie des entreprises comme des freelances pour se rencontrer, contractualiser, payer, facturer etc. C’est notre ambition, que Hopwork soit un moteur et un facilitateur de cette révolution. Nous ne sommes pas les seuls, évidemment, il y a des acteurs existants depuis des années tels que odesk et elance aux Etats-Unis, et qui viennent d’ailleurs d’annoncer leur fusion. Leur modèle est basé essentiellement sur un principe d’enchères inversées, mettant en contact clients américains et freelances de pays à bas coûts (Inde, Pakistan, Philippines, Bangladesh) pour des tâches très simples. Le nôtre est différent, mettant en relation freelances et clients qui peuvent se rencontrer, se parler, et travailler sur des missions plus locales, qui vont durer parfois plusieurs mois, sur des montants importants, ce qui est à notre avis l’essentiel du marché du freelancing dans le monde.

Quoi qu’il en soit, le monde va changer, car le travail va changer. Nos villes seront bouleversées, les états devront se réformer, les transports repensés, etc.

Bienvenue dans le monde de demain. Quelle chance nous avons !

Vincent Huguet (CEO et co-fondateur de Hopwork)

']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();